Rafale Marine: Un Avion Arrivé à Pleine Maturité

Ce nouveau standard constitue une étape très importante mais, déjà, une nouvelle évolution pointe à l’horizon. Prévu pour entrer en service en 2025, le Rafale F4 améliorera notamment la connectivité de l’avion et sa capacité à opérer en réseau. Ce futur standard devra répondre à la problématique du développement des concepts de déni d’accès. Il permettra d’accroître les opérations en réseau grâce à une connectivité améliorée et d’accélérer le cycle de décision et d’engagement. Les capacités offensives comme défensives de l’avion face aux nouvelles menaces seront accrues. Le F4 comprendra une évolution de la motorisation ainsi que des capteurs et armements, dont le nouveau missile air-air Mica NG. On notera par ailleurs qu’en 2016, juste avant de partir pour la Méditerranée orientale, un Rafale Marine mis en œuvre depuis le Charles de Gaulle a conduit une évaluation opérationnelle avec la GBU-24 Paveway III. Pesant 10 tonnes à vide et disposant de 14 points d’emport, le Rafale Marine offre une masse maximale au catapultage de 24 tonnes, avec par conséquent jusqu’à 14 tonnes de carburant et de munitions. L’avionneur américain est empêtré dans des coûts de développement qui ne cessent de grimper et renchérissent le prix de vente de chaque appareil. Le PDG de Dassault se verrait donc bien convaincre le Canada, la Belgique ou la Finlande, déjà en affaire avec les Américains, de changer leur fusil d’épaule. L’optimisme est loin d’être le même pour les Falcon, dont les ventes sont à la peine. Le carnet de commandes n’en comporte plus que 63, contre 91 l’an dernier. Plusieurs clients ont en effet déchiré leur contrat. Résultat: les clients sont allés voir ailleurs, et notamment chez le concurrent américain Gulfstream. Interrogé sur les pénalités qu’il va réclamer à son fournisseur, le PDG de Dassault se contente d’une réponse énigmatique, destinée à ne fâcher personne. Dassault éprouve d’autant plus de difficultés à vendre ses jets que, sur le marché de l’occasion, les prix sont en baisse. Résultat: les propriétaires hésitent à brader leur avion pour en acheter un neuf. Enfin, Dassault souffre d’un problème de gamme. Le gros du marché se situe aujourd’hui aux Etats Unis, pour des appareils à long rayon d’action, capables de traverser le pacifique pour relier l’Asie. Or, un Falcon peut parcourir, au maximum, 12 000 kilomètres, quand Gulfstream propose un modèle capable d’en aligner 1 000 de plus.

Envie d’organiser votre prochain voyage durant votre trajet quotidien en métro ? Pas de problème : en quelques clics sur notre application mobile vous pourrez comparer des millions de billets d’avion, de nuits d’hôtel et de voitures à louer pour la destination de votre choix. Que vous cherchiez des billets discount ou un hôtel de luxe, vous trouverez votre bonheur sur notre appli. Vous ne savez pas encore où partir ? Laissez vous inspirer par notre fonction « explorer » et consultez tous les vols pas chers disponibles vers les destinations desservies par votre aéroport le plus proche, que ce soit pour un départ le weekend prochain ou dans 6 mois. Vous pouvez également comparer les nuits d’hôtel et les voitures de location dans la même appli. Comment fonctionne notre comparateur de voyage ? Skyscanner est un comparateur de voyage qui opère à l’international. Notre technologie propriétaire exclusive recherche et compare des millions d’options de voyage pour vous apporter les meilleures offres de vol, hôtel et location de voiture disponibles chez nos différents partenaires . Nous sommes gratuits et impartiaux. Nos résultats de recherches de vols et d’hôtels sont présentés en fonction de notre classement « le meilleur » et les locations de voiture sont affichées de la moins chère à la plus chère par défaut. Une fois que votre choix est fait, vous serez redirigé directement vers le site de nos partenaires pour effectuer votre réservation. Pour en savoir plus sur notre fonctionnement, rendez-vous sur cette page.

Des fissures au niveau de la fixation du stabilisateur ont été détectées fin décembre sur plusieurs Sukhoi SSJ100. Ce défaut constaté sur environ 30% des appareils en service sera totalement corrigé d’ici la fin du mois assure l’avionneur russe. Quel est le poids d’un siège éjectable d’un avion de chasse ? Les sièges éjectables d’un avion de chasse ont permis de sauver bien des vies depuis leur apparition dans les années 40. Leur poids est une donnée importante dans le processus d’éjection et pour la performance de l’avion. L’industrie aéronautique russe était en 2007 portée largement par le militaire. Mais le consortium d’Etat OAK qui regroupe l’ensemble des avionneurs russes, s’était donné comme objectif de renverser ce ratio d’ici 2025, vol fouga magister de construire deux tiers d’avions civils pour un tiers d’avions militaires. Force est de constater que cet objectif à peu de chance d’être atteint. La priorité de Moscou est bien dans les avions de combat et les hélicoptères d’attaque. La relation militaire franco-américaine est plutôt bonne du fait de l’action commune en Afrique et des convergences de vue sur le Moyen-Orient. Néanmoins l’excellence des rapports entre les deux pays doit être nuancée au regard de la concurrence acharnée qu’ils se livrent dans le secteur des ventes d’armement. Cette fiche met en exergue la compétition déséquilibrée entre le Rafale français et le F35 américain. Le F35 (ou Joint Strike Fighter), l’avion de chasse construit par Lockheed Martin a beau être critiqué, il n’en reste pas moins un adversaire redoutable pour le Rafale. En séduisant des pays européens, il est un vecteur de destruction de l’industrie aéronautique de défense européenne et obère les capacités des pays qui le choisissent à concevoir leur propre avion et à conserver une indépendance stratégique. Des pays européens contributeurs à l’Eurofighter ont déjà fait le choix du F35, renonçant par là-même à maintenir une industrie nationale.

L’avionneur français Dassault aviation se retire de l’appel d’offre officiel en Belgique pour remplacer la flotte d’avions de combat F-16. Mais la France n’a semble-t-il pas dit son dernier mot dans ce dossier, avec une probable offre de gouvernement à gouvernement. La réaction française de quitter la table de l’appel d’offre officiel est motivée par le fait que le cahier des charges belge est visiblement un peu trop favorable à l’avion américain Lockheed-Martin F-35A « Lightning II ». Les avionneurs suédois Saab et l’américain Boeing ont eux aussi définitivement quittés la compétition pour les mêmes raisons. Une offre de indirecte ? Pour autant, la France semble vouloir tenter le tout pour le tout avec une offre de gouvernement à gouvernement en contournant ainsi la compétition officielle. Selon la Ministre de la Défense Florence Parly, : une offre devrait être faite au gouvernement Belge avec le Rafale et comprendra également des offsets en matière de coopération industrielle. Du côté belge, cette décision semble agacé le Ministre belge de la défense Steven Vandeput qui dénonce une action qui n’a aucun sens, étant donné que la procédure de sélection n’a pas encore débuté.

Savez-vous comment fonctionne un avion? La peur de prendre l’avion est souvent due au manque de compréhension de son fonctionnement. Nous avons peur de ce que nous ne connaissons pas et l’instinct prend naturellement le dessus sur la logique. Comprendre comment vole un avion n’est pas simple. Mais après quelques explications, cela peut vous aider très concrètement à appréhender positivement votre prochain vol. Comment vole un avion ? Petit rappel : l’air est un mélange de gaz transparent mais dense (1,2 kg/m3 à 20 °C). Le fait que l’air soit invisible, renforce l’incompréhension, car on voit la route lorsque l’on roule en voiture, l’eau en prenant le bateau, mais en avion, on ne voit que du vide, alors que ça n’est pas le cas. Cette force se nomme portance et s’oppose à l’action du poids de l’avion. Plus la différence de vitesse est élevée, plus cette force est importante. La poussée des moteurs, qui fait avancer l’avion, est opposée à la traînée qui ralentit l’avion. Ce sont les porteurs d’eau sortis tout droit d’un autre temps. Ils gagnent leur vie grâce à leur accoutrement folklorique très couleur locale ! On peut les photographier pour un euro mais personne ne se hasarde à boire l’eau qu’ils transportent. Nous empruntons l’un des passages qui débouchent sur la place. Les véhicules motorisés ou non circulent de tous côtés. Habits et objets locaux de toutes sortes sont exposés au regard des passants. Il suffit d’en montrer du doigt pour se faire agripper par un vendeur dont on a grand mal à se défaire si on n’achète pas. En nous éloignant, nous arrivons dans les quartiers populaires aux ruelles de plus en plus étroites. Les ménagères s’approvisionnent en fruits et légumes frais qui garnissent les étals des maraîchers. Des poulets vivants dans des cages au fond des boutiques de volaillers attendent d’être sacrifiés avant de finir en tajine ou dans un couscous. Les bouchers exposent des quartiers de viande pendus à l’extérieur, des têtes d’ovins ou de bovins attirent une quantité de mouches qui tourbillonnent autour.

Choisir Un Avion De Combat, C’est Définir Une Ligne Stratégique

Le Conseil fédéral a décidé que le 100% du prix d’achat devait en principe être compensé en Suisse (garantie d’Etat à Etat). Les décisions prises jusqu’ici par le Conseil fédéral dans le cadre du projet d’acquisition du prochain avion de combat et d’un nouveau système de défense sol-air s’inscrivent dans cette ligne. Le Conseil fédéral est convaincu que les affaires compensatoires permettent aux entreprises suisses d’accéder à un savoir-faire et aux marchés pertinents. Afin de garantir la transparence autant que possible, ces affaires compensatoires seront répertoriées dans un registre consultable par le public. Autrement dit, nous aurons une limitation de choix principalement due au montant total qui nous impose un nombre d’équipement limité et certainement pas les plus onéreux. Par contre, la provenance des futures systèmes aura un double impact. D’une part, il aura une influence sur les partenariats en matière d’entraînement de nos soldats en Europe et/ou aux USA voir Israël et le second concernera les rapports industriels et le développment du marché pour notre industrie civiles. En effet, la résultante du choix ne sera pas la même, si nous choississons le tout européen ou américain ou bien, si nous optons pour un mixte USA/Europe/Israël. Là encore le choix aura une raison stratégique qu’il faut définir et qui aura impact au niveau militaire certes, mais surtout au niveau de notre économie.

« Une corruption mondialisée ». C’est en ces termes que Rahul Gandhi, président du Congrès, le principal parti d’opposition, a décrit vendredi l’accord sur les Rafale. Une députée appartenant elle aussi au parti du Congrès a également fustigé les termes de l’accord dans la presse, accusant le gouvernement de Narendra Modi de « copinage », aux dépens du secteur public. Le Congrès affirme en effet que l’Inde a conclu l’achat des 36 Rafale à la France à un prix par avion trois fois supérieur au prix négocié en 2012, lorsque le parti de Rahul Gandhi était encore au pouvoir. La raison de cette différence, selon ce dernier : le gouvernement Modi a choisi le conglomérat Reliance, dont le PDG est réputé proche du Premier ministre, comme partenaire indien avec l’avionneur français Dassault dans l’accord. A la place du groupe aéronautique public indien HAL prévu au départ. Selon la presse indienne, le groupe Reliance aurait également signé en janvier 2016 accord pour co-produire le film Tout là-haut avec l’actrice et productrice Julie Gayet, avion de chasse compagne de Francois Hollande à l’époque. Deux jours plus tard, le président Français signait à New Delhi un protocole d’accord sur la vente des 36 Rafale à l’Inde.

Bell-Boeing reçoit un contrat de maintenance du Osprey

Selon un récent communiqué de presse publié par le département américain de la Défense, Bell-Boeing, une joint-venture entre Boeing et Bell Helicopter, a été chargée de fournir un « soutien technique et logistique » pour l’avion V-22 Osprey.

La modification du contrat, effectuée par la Defense Logistics Agency Aviation à Philadelphie et annoncée vendredi, est évaluée à plus de 218 millions de dollars.

«Le bureau de projet commun de Bell Boeing a obtenu une modification maximale de 218 749 892 $ (P00006) en exerçant la première période d’option d’un an d’un contrat de base d’un an (SPRPA1-20-F-CD01) avec quatre périodes d’option d’un an pour l’exécution logistique et d’ingénierie pour la plate-forme V-22 », indique le message DoD.

Le Texas et la Pennsylvanie ont également été localisés au 30 novembre 2020, pilotage avion Bruxelles date d’achèvement des travaux. Les clients suivants sont des clients de la marine, de la force aérienne, du corps de la marine et des ventes militaires étrangères au Japon.

Bell Boeing soutient la préparation au V-22 par le biais d’un effort complet de maintien en puissance qui inclut maintenance, formation, représentants sur site et analyse des données. Bell Boeing collabore également avec le bureau du programme V-22 à plusieurs efforts visant à améliorer l’état de préparation au V-22. Le programme d’état de préparation et de modernisation de la configuration commune (CC-RAM) des Marines, le plan de modification réduisant la configuration de la Force aérienne et les améliorations apportées au câblage et à la structure de la nacelle devraient accroître l’état de préparation du parc de V-22.

Le site Internet de Boeing indique que la plate-forme Osprey est un avion de combat multirôle qui utilise la technologie tiltrotor pour combiner les performances verticales d’un hélicoptère à la vitesse et la portée d’un avion. Avec ses rotors en position verticale, il peut décoller, atterrir et planer comme un hélicoptère. Une fois en vol, il peut se convertir en avion à turbopropulseur capable de voler à haute vitesse et à haute altitude. Cette combinaison se traduit par des capacités de portée mondiale qui permettent au V-22 de combler un créneau opérationnel unique en son genre.

Bell a noté pour sa part que le V-22 Osprey est le seul avion tiltrotor de production au monde.

Le V-22 a fait ses preuves dans des combats et des opérations de contingence à travers le monde. Les commandants exigent le V-22 lorsqu’ils doivent mener à bien les missions les plus difficiles dans les environnements opérationnels les plus difficiles. Les capacités multi-missions du V-22 modifient ce qui est possible, sur et hors du champ de bataille.

Actuellement, la flotte d’avions tiltrotors V-22 a franchi le cap des 500 000 heures de vol. Plus de 375 Ospreys enregistraient les heures, y compris le CV-22 de la US Air Force et le MV-22 du Marine Corps des États-Unis.

Les problèmes de Boeing

De nouvelles images ont fait surface de ce qui s’est réellement passé lors des tests de pression menés en septembre sur le nouvel avion 777X de Boeing. Il a été largement rapporté que l’essai de pression de septembre avait échoué, une porte cargo étant à l’origine de ce problème. Maintenant, il semble que la situation était beaucoup plus grave que cela. Selon certaines informations, ce n’est pas seulement la porte qui s’est brisée, mais l’ensemble du fuselage! Les rapports antérieurs selon lesquels une porte cargo a sauté ne sont pas entièrement infondés. Apparemment, la peau du fuselage s’est déchirée juste derrière l’aile et la porte du passager a été délogée et est tombée sur le sol de l’usine. Les dégâts sont clairement bien pires que ceux initialement révélés; l’avion d’essai est une radiation complète. Paul Bergmanm, porte-parole de Boeing, a expliqué que lors du dernier test de charge de l’avion d’essai statique 777X, vol l39 l’équipe avait effectué un test consistant à cintrer les ailes de l’avion à un niveau sans précédent par rapport à ce que l’on attendait d’un service commercial.

«Un problème de test est survenu pendant la les dernières minutes de l’essai, à environ 99% des charges de l’essai final, et comportaient une dépressurisation du fuselage arrière. L’équipe de test a suivi tous les protocoles de sécurité. «Lors de notre appel des résultats du 23 octobre, nous avons poursuivi notre évaluation de la cause fondamentale et nous sommes ravis des progrès que nous réalisons à mesure que nous achevons notre analyse détaillée. Ce que nous avons vu jusqu’à présent renforce notre évaluation antérieure selon laquelle cela n’aurait pas d’impact significatif sur la conception ni sur les préparatifs de notre premier vol. Nous ne voyons aucun impact du test sur le programme général. «Lors de la conférence téléphonique, nous avons mis à jour notre objectif de première livraison de la fin de 2020 au début de 2021. Comme nous le disions depuis un certain temps, il y avait un risque important à la fin de 2020. Ce qui a changé, c’est que nous comprenons maintenant mieux l’impact du problème des moteurs GE9X sur les détails de notre programme d’essais en vol. Par exemple, la synchronisation des moteurs des avions d’essai en vol restants aura une incidence sur le moment où ils commenceront. voler, ce qui affecte nos programmes d’essais détaillés. Lorsque nous prenons en compte tous ces facteurs, nous nous attendons à voler au début de 2020 et à livrer en 2021. »

Lock down à Washington

La Maison Blanche a été mise sous clef après qu’un petit avion ait violé l’espace aérien restreint de Washington DC. Les avions de chasse ont été brouillés pour une interception.

Un avion non autorisé était entré dans l’espace aérien près de la Maison Blanche. La communication avec l’avion était impossible, obligeant la résidence du président Donald Trump et du Capitole à être mise en état d’urgence. Sur Twitter, pilotage avion Le Mans des journalistes ont déclaré s’être abrités dans la salle de briefing de la Maison-Blanche. Les zones environnantes ont été évacuées. trente minutes plus tard, le verrouillage a été levé, après avoir déterminé que le petit avion n’était pas hostile, selon le commandement nord-américain de la défense aérospatiale (NORAD).

Les hauts responsables interinstitutions surveillent la situation lors d’une conférence téléphonique organisée à l’échelle nationale. Nos chasseurs à réaction sont sur place et répondent. L’avion n’est pas considéré comme hostile pour le moment.

– Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (@NORADCommand) le 26 novembre 2019
Le NORAD est une organisation binationale chargée de la défense des espaces aériens des États-Unis et du Canada. Il est responsable de l’opération Noble Eagle, qui a été créée à la suite du 11 septembre 2001 et a effectué environ 1 900 interceptions depuis.

Un nouvel avion de combat

Le 13 février 2014, le journal de boulevard franco-genevois Le Temps en rajoute une couche et dévoile sa véritable nature de cheval de Troie au sein de la Confédération. Ce journal s’attaque frontalement à Ueli Maurer et lui reproche de n’avoir pas choisi un avion plus cher qui n’aurait rien rapporté à la Suisse en terme d’emploi. Le journal continue sa diatribe anti-Gripen en revenant sur les 98 améliorations que la firme SAAB a déjà apporté à son Gripen. Le journal s’attaque aussi à la communication de l’ancien président de la Confédération. Le 25 janvier 2014, le journal de boulevard franco-genevois Le Temps révèle sur son site web que des activistes suédois ont trouvé des documents entre la firme SAAB et le gouvernement fédéral. Le 14 janvier 2014, le journal de boulevard franco-genevois Le Temps titre sur son site web que les Suisses voteront sur l’acquisition de 22 Gripen et se réjouit de cette possibilité d’affaiblir le Pays. Pour une meilleure résistance aux hautes vitesses supersoniques, la voilure a été dotée d’un troisième longeron. Déplacement des aérofreins vers le dessous des entrée d’air. La roulette de nez se replie vers l’avant et comporte deux pneus à basse pression. Pour cela, il est le premier avion de chasse au monde à avoir adopté un radar à balayage électronique, en l’occurrence le SBI-16 Zaslon, capable de détecter 10 cibles et d’en engager 4 en même temps. 70° -60° en site. Une patrouille de quatre avions peut interconnecter ses radars pour surveiller une zone de 560 km de large, le leader de la patrouille pouvant assigner une cible à chaque équipier. Enfin, le MiG-31 peut être dirigé automatiquement vers sa cible depuis une station au sol ou un avion de type AWACS. Le MiG-31 possède également un détecteur infrarouge rétractable. Le système de navigation installé à bord ainsi que la perche de ravitaillement en vol permirent par exemple à un Foxhound d’effectuer un vol d’essai Mourmansk-Pôle Nord-Tchoukotka de plus de 8 000 km accompli en 8 heures et 49 minutes. En 1984, le bureau d’étude MiG commença une profonde modification du MiG-31. L’appareil, désigné MiG-31M, se différencie peu de la version de base extérieurement. La verrière du pilote est faite d’une seule pièce alors que les vitres latérales de l’opérateur sont plus petites. La surface des apex a été augmentée. A la place de l’ancien viseur infrarouge est installé un capteur optronique avec détecteur infrarouge et télémètre laser à l’avant du pare-brise. L’armée de l’air russe et celle du Kazakhstan sont actuellement les seuls utilisateurs du MiG-31. Après avoir envisagé l’achat de MiG-31 au début des années 1990, la Chine a finalement opté pour des Su-27 et Su-30. ]. En mai 2009, le contrat qui s’élève à 400-500 millions de dollars est gelé par la Russie, officieusement en raison de pressions israéliennes, selon une source proche de Rosoboronexport, l’agence russe d’export d’armes.

Le F-18 me direz-vous, cela fait presque 10 ans que l’on en entend parler. Cela était même devenu « l’arlésienne » de la simulation la bonne blague qui fait rire le soir avant de partir en vol avec le squad.. Et pourtant il est la sur mon écran, que de chemin parcouru, que d’attentes suscitées. Alors ce module vaut-t-il d’avoir patienté toutes ces années ? Et bien, à défaut de certitudes et de réponses fermes dues, car la version testée est bien loin d’être une version finale, nous allons tenter de vous éclairer sur le sujet … après la pub …(oups je m’égare) . Ce module est particulier car c’est le premier vrai module full ED ère moderne depuis le A-10C. Enfin full ED pas tout à fait en fait, Belsimtek a rejoint le navire pour aider ED à finir, avancer, terminer (rayer les mentions inutiles) ce projet capital. Ce module sert également a promouvoir la carte « Hormuz » et le futur « asset-pack » aéronavale. Le réglage de l’inclinaison de la caméra se fait via la molette à gauche de la télécommande. On appuie su le petit bouton en haut à gauche pour prendre les photos et en haut à droite pour prendre les vidéos. Un compteur s’affiche pour montrer la durée de l’enregistrement. Le retour vidéo se fait en quasi direct. Le retour vidéo se perd entre 40 et 250m. l’enregistrement continue, mais les boutons de prises de vues ne marchent plus jusqu’à ce que le drone revienne à portée. L’atterrissage : pour atterrir, on peut utiliser le mode « return to home » ou piloter le drone soit même. Avec l’effet de sol des hélices et les trains d’atterrissage rembourrés, l’atterrissage se fait en douceur. En dessous du drone et sous les moteurs, il y a des diodes. Les signaux lumineux envoyés par ces diodes renseignent sur l’état du drone en vol. Une brochure est fournie pour interpréter le langage de ces diodes, mais l’essentiel à retenir est que quand ça clignote, il y a un problème quelque part.

L’armée de l’air indienne a tiré pour la première fois le missile de croisière « Brahmos » d’un avion de combat le 22 novembre dernier. Le tir d’essai annoncé par le ministère de la Défense de l’Inde intervient presque 17 mois après que l’armée de l’air ait volé avec « Brahmos » à bord du Sukhoi Su-30MKI lors d’un test de portage captif. L’armée indienne a déjà déployé le missile « Brahmos », indo-russe depuis ses navires, mais le missile a nécessité plusieurs modifications pour la version aérienne. L’armée de l’air indienne a effectué des modifications logicielles sur le Su-30MKI et Hindustan Aeronautics a apporté les modifications électriques et mécaniques nécessaires à l’avion. La modification la plus difficile était d’optimiser l’alignement de transfert des capteurs inertiels. Soit un processus compliqué d’étalonnage des capteurs inertiels du missile à l’aide des données des systèmes de guidage de l’avion. Après avoir terminé le tir d’essai dans la baie du Bengale, l’armée indienne affirme que le « Brahmos » est maintenant le missile antinavire le plus rapide jamais lancé depuis les airs. Il s’est mieux comporté dans les missions air-sol, en ex-Yougoslavie ou en Arménie. Lorsque l’Allemagne réunifiée l’évalue, elle a la mauvaise surprise de constater qu’avec ses missiles et son viseur de casque, le MiG-29 est en mesure d’abattre la quasi-totalité des F-16 qui lui sont opposés. On ne sait donc plus s’il faut incriminer l’appareil ou bien ses pilotes, peut-être peu ou mal formés. Sans doute convient-il de relativiser et de rappeler qu’il s’agissait d’exemplaires de toute première génération et d’export (donc aux capacités dégradées). Ils étaient opposés à des avions de combat à l’électronique plus évoluée, soutenus par des AWACS, et dont les pilotes volent bien plus régulièrement. Concernant le MiG-29, le marché de l’occasion reste dynamique. La Moldavie a vendu la plupart de ses exemplaires, dont pas moins de 21 rien qu’aux Etats-Unis. Début 2010, le Liban s’en voit proposer 10 mais préfère finalement acquérir des hélicoptères Mi-24.

L’avenir ne s’annonce pas trop mal pour le Super Hornet de Boeing. La production de l’appareil devrait se poursuivre jusque dans les années 2020 et un important programme de modernisation est en cours de développement pour l’US Navy. La Marine américaine a commandé 12 F/A-18E/F en 2016 et négocie l’acquisition de 14 appareils supplémentaires pour l’année fiscale 2017. De son côté, le Koweit négocie actuellement l’acquisition de 28 appareils. Le Super Hornet Bk III changera d’apparence avec l’intégration de réservoirs conformes qui permettront d’augmenter l’autonomie du F/A-18 E/F. Le radar sera remplacé par l’APG 79 a balayage électronique de Raytheon. Les capacités de détection seront également accrues avec la possibilité d’emporter la nacelle IRST Block I et II permettant de faire de la poursuite de cibles à longue distance par infrarouge. Le Bk III comprendra aussi beaucoup d’améliorations en terme d’électronique. Le cockpit sera rénové avec un système tout écran et une meilleure vision de la situation tactique. Le Super Hornet Bk III sera équipé du système de guerre électronique IDECM Block IV. De nouvelles liaisons de données (TTNT et DTPN) devraient améliorer l’intégration avec les avions de conduite E-2, les Growler et le système de combat AEGIS de l’US Navy. Enfin la motorisation fera aussi l’objet d’une modernisation. Tous les aspects de cette modernisation n’ont pas encore été contractualisés. L’E/A-18G Growler, version destinée à la guerre électronique du Super Hornet sera également modernisé. On retrouvera les réservoirs conformes, l’amélioration de la motorisation, la modernisation du cockpit et les nouvelles liaisons de données. Le Growler sera aussi équipé d’un nouveau pod de brouillage (Next Generation Jammer) et le système ALQ-218 (Se trouvant en bout d’aile) sera aussi modernisé.

Sofitel marie art de vivre à la française et raffinement de la culture locale. Inspiré du temps jadis, le Sofitel Shenyang Lido allie les esthétiques orientale et occidentale dans un cadre exquis au raffinement contemporain. Idéalement situé dans le quartier des affaires, cet hôtel 5 étoiles compte 590 chambres luxueuses, trois restaurants épicuriens et un service sur mesure. Un thé chaud servi à l’arrivée est le premier signe de la magnifique hospitalité de Sofitel. Profitez d’une vaste chambre élégamment meublée. Plongez dans un bain relaxant et dormez paisiblement dans votre lit Sofitel MyBed. Une fois prêt à découvrir la ville, des boutiques et du divertissement haut de gamme ne sont qu’à quelques minutes. L’hôtel est renommé pour son personnel d’exception et sa minutie. Chaque jour à 18 h, les ambassadeurs et maîtres d’hôtel officient dans une cérémonie avec chandelles et musique douce. Ressourcez-vous et entamez votre soirée avec ce rituel apaisant. Caroline Fontenoy: Vous qui êtes un pro-européen, vol en MiG29 pourquoi avoir privilégié envers et contre tout un avion américain? Charles Michel: Parce que cet avion-là était le meilleur rapport qualité-prix. Il est 600 millions d’euros moins cher que ce qui est prévu. Et puis, surtout, il y a eu une procédure très longue, très lourde et très objective. On a donné la possibilité à toutes les agences étatiques de faire des offres, de faire des propositions. Malheureusement, c’était leur choix, les Français n’ont pas remis d’offre dans la procédure objective qui avait été lancée. Je veux aussi mettre en évidence que, si la décision est prise de commander des F-35, 30% des composantes de l’appareil seront fabriquées en Europe, c’est le premier élément. Deuxième élément: pour le reste, pour le matériel blindé, pour la marine également, ce seront des projets européens qui seront choisis. Et je veux être tout à fait clair: nous voulons choisir à la fois l’alliance européenne pour notre défense commune, ce qui est fait au travers des décisions qui sont prises. Nous voulons aussi considérer que les États-Unis restent un partenaire.

Cette catégorie comprend 454 fichiers, dont les 200 ci-dessous. RPG’ shoots down Santa? 110626-F-XH297-004 USAF Female F-15E Pilot Maj. 87-0183 MCD F-15E Eagle U.S. 89-0506 MCD F-15E Eagle U.S. A U.S. Air Force F-15E Strike Eagle aircraft assigned to the 335th Expeditionary Fighter Squadron taxis to its parking spot after a sortie Jan. A U.S. Air Force F-15E Strike Eagle aircraft assigned to the 335th Expeditionary Fighter Squadron taxis to its parking spot after a sortie Jan. A U.S. Air Force F-15E Strike Eagle aircraft waits to be cleared for takeoff by the air traffic control tower at Souda Air Base, Greece, during joint warfighting training with the Hellenic Air Force Feb. Blue Flag 2013. Ovda air base. Blue Flag 2013. Ovda air base. Blue Flag 2013. Ovda air base. Blue Flag 2013. Ovda air base. Air Force Tech. Sgt. Air Force F-15E Strike Eagle receives early morning maintenance at Bagram Airfield Afghanistan on Jan. Les diverses associations qui ont récupéré des Mirage F1 ces derniers mois sont les mieux placées pour imaginer le tour de force que représente ce déménagement dans un délai aussi court. Les Mirage F1 français vont jouer le rôle de plastron pour l’entrainement des pilotes de combat américains. Si l’US Navy et le Marine Corps ont externalisé cette fonction depuis une vingtaine d’années, en revanche l’US Air Force n’a pas encore franchi le pas. Elle s’apprête à le faire massivement. Un appel d’offre est en cours pour l’achat de 37.000 heures de vol chaque année, sur les dix ans à venir. Evidemment, les Mirage F1 ne pourront pas répondre seuls à une telle demande. C’est en fait une véritable armada que mettent en œuvre divers prestataires de services aux premiers rangs desquels figure Atac, filiale de Textron. Le F1 sera en effet un adversaire de bon niveau pour les pilotes de F-16, F-18, F-22 et même F-35. Pour l’US Air Force, le choix de faire appel à ce type d’avions, permet d’économiser le potentiel de ses propres avions, de réduire la facture et de ne pas gaspiller les heures de vol de ses propres pilotes.

Si vous êtes intéressé par LINK, veuillez consulter notre page Web.

Les Avions De Chasse Et L’aviation

C’est en décembre 1983 que cinq pays européens se réunissent pour la base d’un projet commun d’avion multi-rôles (le futur Eurofighter), on y décompte les états-majors suivants : Allemand, Britannique, Espagnol, Français et Italien. Dès 1984, la France quitte le projet indiquant qu’il préfère un avion multi-rôles, plutôt qu’un avion de supériorité aérienne. Dans le contexte de Guerre froide, les quatre autres état majors envisageaient plus un avion de combat pur et dur, plus qu’un avion qui serait capable d’accomplir des missions diverses. La dénomination de l’avion évoluera au fur à mesure du temps, à la base EFA (pour European Fighter Aircraft) puis Eurofighter ensuite Eurofighter 2000, et saura enfin nommée Eurofighter Typhoon. En 1992, et avec plus d’un an de retard sur le projet initial et suite à des réductions budgétaire, l’Italie et l’Espagne mettes le projet en suspens. L’Allemagne quant à elle veut réduire de 30% car le coût de l’avion est estimé trop chère pour les budgets militaires de l’époque. Ces compagnies nous font confiance. Nous vendons leurs billets sur une seule plateforme. De nombreux vols pas chers sont disponibles si vous réservez votre billet d’avion à l’avance. Comment trouver un vol ? Il est parfois difficile de s’y retrouver, tant le nombre de compagnies aériennes assurant des vols en Europe est important. GoEuro, comparateur de bus, trains et vols, vous aide à y voir plus clair. Avec le meilleur comparateur de vol GoEuro, planifiez votre voyage, faites une seule recherche vol, comparez et achetez vos billets d’avion en ligne, avec la garantie de trouver le trajet le plus adapté à vos besoins ! Où que vous soyez, l’application GoEuro vous permet de trouver le vol que vous cherchez en temps réel sur votre téléphone. Découvrir l’application GoEuro maintenant ! ✓ Réservez rapidement ! ✓ Comparez les trajets ! ✓ Les meilleurs prix ! ✓ Paiement sécurisé ! Vol dernière minute ?

04-2 (CCCP-77108) n’a jamais été exploité par Aeroflot. Cet appareil ne fit que 50 vols, vol en avion de chasse d’une durée de 68 heures et ne passa que 6 heures à vitesse supersonique. Il se trouve au musée de Samara State Aerospace University (de). 05-2 (CCCP-77109) fut l’un des deux appareils utilisés pour des vols commerciaux sur la route Moscou – Alma-Ata. 06-1 (CCCP-77110) était le second appareil qui fit des vols commerciaux avec le CCCP-77109 sur la même route. L’appareil se trouve à Ulyanovsk au musée de l’aviation civile. 06-2 (CCCP-77111) ne fit que 5 vols pour une durée totale de 9 heures. Il réalisa un atterrissage forcé à Iegorievsk, à la suite d’un incendie à bord, le 23 mai 1978, moins d’un mois après son premier vol. 07-1 (CCCP-77112) a été racheté par le musée automobile et technologique de Sinsheim. En octobre 2000, le nez, les ailes, la dérive et la queue ont été retirés et l’avion fut transféré sur une barge pour un voyage de Moscou jusqu’à Sinsheim en passant par la mer Baltique. Si la chute de l’URSS entraîne une chute des budgets militaires, et concrètement des baisses régulières du nombre de Rafale prévus, la proportion de Rafale B va elle augmenter jusqu’à devenir l’épine dorsale de la flotte entière. Dès 1991, l’Armée de l’Air souhaite que 60% de ses Rafale soient des biplaces. Cette proportion semble être descendue à 40% un peu plus tard. Ainsi, en 1992, 294 Rafale sont prévus, dont 139 biplaces. En 2008, 8 appareils sont placés en option et on arrive à une cible de 286 appareils. En 2013, la cible n’était plus que de 225 avions de combat au total pour l’Armée de l’Air comme pour la Marine, Rafale compris. Les commandes effectives depuis 2010 sont de 180 Rafale, dont 63 biplaces. 3 premiers Rafale B furent livrés au CEAM en décembre 2004, pour des essais qui durèrent 2 ans. Le Rafale B entre en service au sein du 1/7 Provence le 26 juin 2006. Dès janvier 2007, 3 d’entre eux participent au TLP.

Enfin, un générateur d’oxygène embarqué (On-Board Oxygen Generation System, OBOGS) fabriqué par Air liquide sert à augmenter la teneur en oxygène de l’air prélevé au niveau d’un compresseur du moteur afin qu’il soit fourni directement aux pilotes. Avec l’OBOGS, la production d’oxygène est quasiment infinie et facilite la logistique : pas de production au sol, ni de chargement et d’installation des bouteilles à bord. ] ; en comparaison au Mirage 2000, le Rafale utilise 7 % de matériaux composites en plus. ]. Enfin, le nez, où se situe le radar, est en kevlar. Le Rafale est un avion semi-furtif, la configuration à aile delta et plans canard n’étant pas la configuration optimale en termes de furtivité puisque les points d’emport des armes sont uniquement placés à l’extérieur. ]. Les entrées d’air ont par ailleurs été placées de telle sorte qu’il soit impossible d’avoir une vue directe sur les moteurs, principale source d’émission radar. Outre les matériaux composites, des matériaux absorbant les ondes radar ont également été utilisés ; la verrière est ainsi recouverte d’une fine couche d’or.

Mon premier souci aura été le temps de séchage. In fine, j’ai effectué des tranchées dans mon apport de plastique afin d’accélérer son durcissement. Mon second problème est venu de la mise en forme du nez. Partant, d’un plastique tantôt mou (kit), dur (apport de plastique) et très dur (carte de crédit), j’ai eu bien du mal à trouver le juste dosage dans le ponçage. Lorsqu’on regarde le profil du nez, les on discerne nettement le côté non rectiligne du poncage. Avec tous ces tests, j’avais presque fini par oublié qu’il s’agissait d’un kit J’ai finalement assemblé les dérives et ailerons. Le tout est collé à la cyano gel. Je n’étais pas fan de cette colle mais j’ai de nouveau choisi de tester et juger sur pièce. C’est sympa finalement ! … les tuyères en silver de chez Daler et Rowney (trouvé chez Art & Créations). Après plusieurs déboires avec l’humbrol Metal cote, j’avais envie de tester de la peinture métal en acrylique. A l’application, la peinture paraît assez grossière mais s’étend assez bien au séchage.

Easyjet compense ses émissions carbone à 100%

easyJet a annoncé son intention de devenir «la première grande compagnie aérienne au monde à exploiter des vols à émissions nettes de carbone», en compensant désormais toutes ses émissions. Bien que deux autres compagnies aériennes aient récemment annoncé des objectifs similaires, easyJet est la première à affirmer qu’elle atteindra la neutralité carbone complète.

La compagnie britannique envisage de devenir la première grande compagnie aérienne au monde à exploiter des vols à bilan carbone zéro en compensant les émissions de carbone du carburant utilisé lors de tous ses vols. Dans ses résultats financiers pour 2019, easyJet a annoncé qu’elle investirait environ 25 millions de livres sterling (32 millions de dollars) dans des initiatives telles que la plantation d’arbres.

« Nous reconnaissons que la compensation n’est qu’une mesure provisoire jusqu’à ce que d’autres technologies deviennent disponibles pour réduire radicalement les émissions de carbone des vols, mais nous souhaitons agir dès maintenant pour réduire les émissions de carbone », a déclaré Lundgren.

Outre la compensation des émissions de carbone, easyJet a annoncé un partenariat avec Airbus afin de «rechercher les opportunités et les défis liés à l’introduction des technologies hybrides et hybrides». avions électriques pour les vols à courte distance en Europe. »Le constructeur européen développe actuellement le E-Fan X, un avion Airbus hybride électrique de 90 places. Le premier vol d’essai devrait avoir lieu en 2021. Quant à easyJet, il coopère depuis 2017 avec Wright Electric, une start-up californienne qui vise à créer un avion commercial entièrement électrique pour les vols court-courriers. Plusieurs transporteurs ont déjà promis de devenir neutres en carbone à l’avenir. Le 11 novembre 2019, Qantas a annoncé son intention d’investir 50 millions de dollars dans l’aviation durable, avec pour objectif d’atteindre zéro émission d’ici 2050. En outre, Qantas, Jetstar Australia, Jetstar New Zealand, QantasLink et Qantas Freight compenseront toute leur croissance. émissions des opérations nationales et internationales à partir de 2020.

Un mois auparavant, l’IAG avait déjà pris un engagement similaire en présentant plusieurs initiatives visant à réduire les émissions de dioxyde de carbone d’ici 2050, notamment un investissement de 400 millions de dollars dans le carburant d’aviation durable au cours des 20 prochaines années. Jusque-là, pilotage avion Lille sa filiale British Airways avait promis de compenser les émissions de carbone de tous ses vols intérieurs britanniques à partir de 2020. En mai 2019, SAS Scandinavian Airlines a signé un accord de recherche avec Airbus afin de coopérer pour identifier les besoins des avions hybrides et électriques et de leurs infrastructures. Les deux sociétés devraient se concentrer sur l’analyse de l’impact de l’infrastructure au sol et de la tarification sur le rayon d’action, les ressources, le temps et la disponibilité dans les aéroports. Un fournisseur d’énergie renouvelable devrait également faire en sorte que «les opérations véritablement sans émissions de CO2 soient évaluées».

Une nouvelle version de l’avion de chasse F/A-18

Le fabricant aérospatial américain Boeing Co a dévoilé le concept du futur chasseur Super Hornet F / A-18 Block III lors de Sea-Air-Space 2019, la plus grande exposition maritime aux États-Unis. Boeing a également annoncé lundi que la US Navy recevrait les chasseurs Super Hornet du Bloc III et ses capacités de prochaine génération jusqu’en 2033, alors que nos équipes livreraient de nouveaux avions et actualiseraient des avions existants dans le cadre du programme Service Life Modification. Le F / A-18 Block III Super Hornet est le tout dernier avion tactique hautement capable, abordable et disponible dans l’inventaire de la marine américaine. Le Super Hornet est l’épine dorsale de l’aile aérienne de la marine américaine, maintenant et pour les décennies à venir. La configuration du bloc III ajoute des améliorations de capacité qui incluent une capacité réseau améliorée, une portée plus longue, une signature radar réduite, un système de cockpit avancé et un système de communication amélioré.

« L’objectif initial de ce programme prolongera la durée de vie de la flotte de 6 000 à 9 000 heures de vol », a déclaré tôt Mark Sears. Directeur du programme SLM. «Mais SLM étendra ses activités pour inclure la conversion des blocs II à III, les opérations de nettoyage et de réinitialisation des systèmes, ainsi que les tâches de maintenance de niveau O, vol en avion de chasse conçues pour fournir un avion plus facile à maintenir avec une durée de vie prolongée et davantage de capacités. Chacun de ces avions à réaction volera encore 10 à 15 ans. Il est donc essentiel de les transformer en aéronefs de la prochaine génération. » Boeing commencera à convertir les Super Hornet du bloc II existants en bloc III au début de la prochaine décennie. La durée de vie du combattant passera également de 6 000 heures à 9 000 heures. Avec l’attribution d’un contrat de trois ans en mars 2019 pour 78 Super Hornet F / A-18 Block III, Boeing jouera un rôle essentiel dans les efforts de modernisation de la flotte de la US Navy.

Consultez notre page d’accueil pour en savoir plus sur vol en Fouga Magister.

La Chine se profile avec une armée de l’air massive

La Force aérienne de l’Armée de libération du peuple chinois (APL) aura progressivement plus de chasseurs furtifs J-20 et de gros avions de transport Y-20, ainsi que le bombardier H-20 prochainement pour atteindre l’objectif de devenir une force de classe mondiale , selon les experts, alors que le service célébrait son 70e anniversaire de fondation lundi.

Une vidéo publiée dimanche par l’armée de l’air de la PLA présentait ses principaux équipements de combat avancés, dont des chasseurs J-20 et J-16, un bombardier stratégique H-6N, un avion de transport Y-20, un système d’alerte avancée KJ-2000 et le QG -9 système de missile sol-air.

Par rapport à il y a 70 ans, lorsque des avions devaient survoler la place Tiananmen à deux reprises lors de la cérémonie de fondation de la République populaire de Chine pour montrer que la Chine disposait d’une puissante puissance aérienne, la nouvelle vidéo montre ce que l’Aviation PLA est devenue aujourd’hui, ont déclaré des observateurs militaires .

La Chine a maintenant des avions-citernes, des avions de guerre électronique et des avions de reconnaissance électroniques, et ses avions de chasse ont évolué du premier au cinquième. Fu Qianshao, un expert chinois de la défense aérienne, a déclaré au Global Times, soulignant que cela montrait que la Force aérienne disposait d’un système plus complet comprenant plusieurs types d’aéronefs et les dernières technologies.

Le président chinois Xi Jinping a appelé vendredi à participer à un événement célébrant l’anniversaire de la fondation de l’armée de l’air. Il a appelé de ses vœux la pleine transformation de l’armée de l’air de la PLA en une force aérienne de classe mondiale, a rapporté l’agence de presse Xinhua.

En novembre 2018, un haut responsable de l’armée de l’air chinoise a déclaré que la première étape consistait à mettre en place, d’ici 2020, une force stratégique intégrant les capacités aéronautiques et spatiales, ainsi que des capacités de frappe et de défense. Les capacités stratégiques seraient alors améliorées et modernisées. 20h35, et la pleine transformation de l’armée de l’air en une force de classe mondiale sera réalisée vers le milieu du 21e siècle, a rapporté Xinhua.

L’Armée de l’air va progressivement se doter d’avions plus perfectionnés, comme le J-20 et le Y-20, pour atteindre cet objectif, a déclaré un expert militaire anonyme au Global Times, soulignant que des variantes et de nouveaux aéronefs seront mis au point pour que l’armée de l’air conserve une technologie avancée et systématiquement complète.

Le H-20, bombardier furtif stratégique très attendu en Chine en développement et comparable au B-2 américain, comblera le vide, a prédit l’expert, soulignant que le Y-20 pourrait également voir une variante de tanker afin que la Chine puisse obtenir son premier grand transporteur aérien développé dans le pays.

Plus de drones pourraient également être développés, a déclaré l’expert. La Chine utilise déjà des drones comme le drone de reconnaissance armé GJ-2, le drone d’attaque furtif GJ-11 et le drone de reconnaissance à haute vitesse et à haute vitesse WZ-8.

Selon Fu, il est également important de se concentrer sur des exercices militaires proches de véritables batailles afin de renforcer les capacités de combat complètes de l’armée de l’air.